21
Sat, Oct

Google mise sur une alliance homme-machine pour lutter contre les contenus «terroristes»

Google affirme à son tour intensifier ses efforts en matière de lutte contre les contenus « extrémistes ou liés au terrorisme » sur sa plateforme vidéo YouTube, grâce notamment à l’intelligence artificielle.

 

La tâche des géants du Web pour ne pas tomber dans la censure est complexe. « La vidéo d’un attentat terroriste peut relever de l’information si elle est publiée par la BBC, ou bien être une apologie de la violence, selon le contexte et l’utilisateur qui l’a mise en ligne", indique Google.

La machine pour détecter, l’humain pour comprendre

L’entreprise promet de renforcer son utilisation de l’intelligence artificielle, de façon à ce que les ordinateurs « nous aident à identifier et à retirer plus rapidement des contenus extrémistes ou liés au terrorisme ».

Reconnaissant que la technologie ne saurait être la seule réponse, le groupe de Mountain View promet d’augmenter « de façon importante le nombre d’experts indépendants » chargés de surveiller les vidéos. « Les machines peuvent nous aider à identifier les vidéos qui posent problème, mais l’expertise humaine permet de faire la différence entre les vidéos de propagande (…) et l’information », explique Google.

Lutter contre la radicalisation

Le groupe va également collaborer avec davantage d’ONG pour filtrer les contenus, est-il précisé, ainsi qu’avec des « groupes (qui luttent contre) le fanatisme » de façon « à identifier des contenus utilisés pour radicaliser et recruter des fanatiques ».

Il va aussi utiliser les techniques de publicité ciblée pour envoyer à des recrues potentielles de groupes terroristes des vidéos qui déconstruisent ces messages, dit-il encore. Google va enfin renforcer sa lutte contre les vidéos qui contiennent des propos « religieux » extrémistes ou prônant la suprématie idéologique.

Le combat n’est pas que solitaire. Fin 2016, Facebook, Twitter, Microsoft et YouTube ont annoncé la création d’une base de données commune rassemblant les « empreintes digitales numériques » de certaines images ayant été retirées de l’une ou l’autre de leurs plateformes.